vue globale du plateau de jeu
2 ans,  Activités Sensorielles,  DIY,  Jouer

Plateau de jeu DIY: la ville

Fabriquer un plateau de jeu pour les petites voitures, ça vous dirait? Ici on aime beaucoup fabriquer nos propres jouets. C’est écolo et assez « zéro déchet », et les enfants sont très fiers de les avoir faits ou d’y avoir participé. De plus, le processus de fabrication est toujours très intéressant pour eux: c’est trop chouette de transformer un carton ou un bout de bois en jouet! C’est d’autant plus éducatif que ça permet d’apprendre à découper, déchirer, coller, réfléchir à l’organisation de l’espace… Mes meilleurs jouets d’enfance sont ceux qu’on avait créés de nos mains avec mon petit frère, quand on fouillait dans l’atelier de mon Pépé menuisier et qu’on fabriquait des avions ou des fusées avec 3 clous et des chutes de bois. Je ne me souviens pas tellement des jouets « tout faits », en revanche, ceux que j’ai fabriqué moi-même, je m’en souviens très bien ! C’est donc avec plaisir que je me replonge dans la joie enfantine de fabriquer son jouet pour transmettre ça à mon fils (et aussi, parce que je m’amuse autant que lui, il faut bien l’admettre 😀 ).

Les véhicules en tout genre sont un des jeux favoris de mon Petit Prince. Et que faire de nos véhicules si on n’a pas de routes ! On a donc improvisé un plateau de jeu façon « mini-monde », avec un peu de récup, quelques bricoles et ses jouets pour « meubler » le tout. Au final, je le trouve bien plus sympa qu’un simple tapis « route », qui souvent sont assez chargés et pas très jolis. Les maisons y sont déjà dessinées, c’est donc assez moche, et franchement, pas pratique de faire le plein du camion dans une station en 2D ! Non mais c’est vrai… a quoi ils pensent 😛

Voilà donc un plateau de jeu en 3D, avec de vraies jolies maisons et de superbes routes, tactile et sensoriel à souhait puisqu’il présente plusieurs textures lisses ou rugueuses. Il présente l’avantage d’être totalement personnalisable, et l’enfant peut construire et reconstruire sa ville autant qu’il le souhaite, y installer des animaux, construire des gratte-ciels, des ponts en kaplas (j’ai pas eu le temps de photographier la superbe construction de Papa, un semi-remorque à foncé dans un des poteaux… zut !). Ça laisse un peu de place à l’imagination, contrairement aux tapis « tout faits ».

Dans notre ville, il y a donc des routes, un chemin de fer pour ceux qui préfèrent voyager en train, un lac avec une plage, un parc pour les enfants, un grand parking gratuit pour se balader en centre ville… Bienvenue à Baobab City !

Pour faire votre plateau de jeu « ville » (ou autre lieu de votre choix), il vous faudra:

  • un grand carton bien rigide, ou une plaque de contre plaqué (j’ai recyclé un des cartons qui protègent mes tableaux PVC lors de la livraison au studio. C’est solide et rigide comme du bois, mais léger comme du carton !)
  • du washi tape « route » et « chemin de fer »
  • des feuilles de mousse autocollante à paillettes, bleu, doré, vert et gris (le truc qui traîne dans mon atelier depuis des lustres sans que je n’en fasse rien…)
  • une paire de ciseaux
  • des maisons en bois (les merveilleuses Grimm’s qu’on adore ici), des arbres, une piste d’atterrissage pour l’avion, une station essence, des ponts, des voitures, un train…

Pour faire l’incendie: 

  • une imprimante couleur
  • une plastifieuse
  • de la patafix, ou un socle assez lourd pour que ce soit stable (coller sur une petite chute de bois par exemple)
  • des ciseaux

Nous n’avons ajouté aucun jouet, il a utilisé ceux qu’il avait. La seule chose que j’ai achetée, c’est les rouleaux de washi tape « route » et « chemin de fer ». J’ai découpé un lac et une rivière dans la mousse pailletée bleue, un parc dans la verte, des plages dans la dorée, et j’ai fait un parking avec un morceau de mousse grise et des chutes de rose qui restaient d’un autre bricolage. Noeh a choisi les emplacements de chaque partie, et m’a indiqué où poser les chemins de fer et les routes. Il a participé en m’aidant à coller et à découper le washi tape, ça l’a beaucoup intéressé.

On s’est contenté de faire des virages à 90° car nous n’avions pas de stickers « virages ». Ils en vendent, mais je trouvais ça excessivement cher pour un morceau de scotch… Bon, les petites voitures n’ont pas l’air de se plaindre des virages, pas d’accidents de la route à déplorer pour l’instant. Une fois le plateau décoré et les espaces délimités, on a installé tout le bazar: immeubles, maisons, magasins, station essence, aéroport flottant (c’est un concept…), et c’est parti pour des heures de jeu !

L’incendie et le décor de ville en feu sont certes un poil apocalyptiques… 😀 Le fond est ce qu’il reste de la déco de sa fête d’anniversaire « Fireman Sam » pour ses 2 ans. Il a été recyclé comme ambiance dans la salle de jeu pour les jeux de pompiers, et il va du coup assez bien avec ce plateau. Il est fait du même carton que le plateau de jeu, découpé à la scie par Papa (c’est dire si c’est solide!) puis peint en gris. Les flammes sont faites de papier crépon rouge, orange et jaune.

L’incendie amovible qui se trouve sur le plateau est simplement une image trouvée sur Google et imprimée sur du papier que j’ai plastifié, un peu à l’arrache je l’avoue, à la demande expresse de Noeh qui avait des pompiers mais… pas de feu (c’est balo, en effet !). J’ai découpé deux pattes en bas pour qu’ils tiennent debout, et comme ça ne suffisait pas et que je n’avais pas de chute de bois sous la main, j’ai ajouté deux petites boules de patafix (j’ai précisé « à l’arrache »). Ça tient bien partout et Noeh n’a jamais essayé de manger la patafix, mais pour les plus petits, ce n’est pas vraiment recommandé. Un petit rectangle de bois avec une tranche pour y insérer le « feu » et le coller dedans serait beaucoup plus sécure et sans doute plus durable. Je ne pensais pas que ça durerait plus d’une journée à vrai dire, mais c’était il y a plusieurs mois et les incendies sont toujours debout. Ils ont donc prit place dans notre nouvelle ville.

gros plan sur les incendies en papier plastifié

A la base, je n’ai pas pensé au côté sensoriel du plateau, mais une fois installé et jouant avec, on se rend compte que c’est très tactile: le carton est doux, les mousses sont rugueuses et moelleuses, il y a plusieurs matières différentes… autant en profiter et jouer à fond sur les textures ! Après coup, j’ai bien envie de remplacer la mousse du parking par du papier à poncer noir avec de très gros grains (que j’ai utilisé pour faire ses tablettes rugueuses), histoire d’ajouter une texture supplémentaire. Je pensais aussi mettre de la feutrine pour faire encore une texture différente. Pour le lac, on peut aussi prendre de l’adhésif miroir, qui rend vraiment très bien. C’est ce qu’on a fait sur l’une de nos tables sensorielles, ça reflète les ponts, c’est très amusant !

Il me reste au moins un kilomètre de route (oui bon, peut être un peu moins 😀 ), donc je pense que je vais faire un autre monde sur l’autre face du carton, probablement des champs et une ferme, vu le nombre de tracteurs et d’animaux qui peuplent cette salle de jeux. Ce sera l’occasion de placer des tissus et d’autres textures, il faut que je fouille dans mon atelier pour voir ce que j’ai…

L’immense avantage de ce plateau de jeu, outre le fait d’être double face et très peu cher à réaliser, c’est qu’il suffit de le poser debout derrière la porte pour le ranger sans qu’il ne dérange personne, ou de le glisser sous un lit (si vous en avez un lol).

Si vous faites le votre, n’hésitez pas à mettre le lien en commentaire vers votre article ou à m’envoyer une photo pour que je la partage sur le Baobab, ça donnera des idées à tout le monde !

Photographe et maman de 35 ans passionnée par les pédagogies alternatives, j'aime partager avec mon fils des activités inspirées et inspirantes. Je n'ai pas encore déterminé qui de lui ou de moi s'éclate le plus... mais une chose est certaine, nous cultivons la joie et le plaisir au pied de notre Petit Baobab :)

Laisser un petit mot

%d blogueurs aiment cette page :